Tout va bien au royaume du pot

L’inscription en bourse de nouvelles sociétés oeuvrant dans l’industrie du cannabis ouvre la porte à de nouveaux produits. Même les courtiers se disent «open for business» !

Le mariage entre le pot et les investisseurs est bel et bien en train de se consumer : alors que l’indice nord-américain de la mari compte de nouveaux membres, les banquiers découvrent les vertus récréatives, tout autant que thérapeutiques, de la marijuana.

D’abord, le promoteur de Fonds négociés en bourse Horizons inclut une dizaine de nouvelles sociétés dans ses produits indiciels, reflétant ainsi la profondeur que semble prendre ce marché en émergence.

Horizons offre deux FNB ciblant l’industrie cannabistique, soit le Horizons Marijuana Life Sciences Index ETF (HMMJ), en plus du Horizons Emerging Marijuana Growers Index ETF (HMJR).

Le FNB HMMJ est le plus important produit indiciel de cannabis au monde—et le premier—et « il continue de grandir au fur et à mesure que de plus en plus de sociétés gagnent en importance et peuvent ainsi être inscrites en bourse », explique le président et co-chef de la direction de Horizons Steve Hawkins. Le HMMJ cible les sociétés du secteur des sciences de la vie qui ont des intérêts significatifs dans la mari.

Quatre nouvelles sociétés voient ainsi leurs titres inclus dans le FNB HMMJ, qui affichent près de 800 millions de dollars d’actifs.

Le fait que la date prévue pour l’entrée en vigueur de la légalisation du pot soit maintenant connue—c’est le 17 octobre prochain—alimente la ferveur dans l’industrie naissante, poursuit Steve Hawkins.

Quant au FNB HMJR, il cible plutôt les sociétés de petites capitalisations impliquées exclusivement dans la production et la distribution de cannabis. Le FNB vient d’inclure pour sa part 9 nouvelles sociétés. HMJR a cependant éliminé 4 titres de sa couverture, sans son rééquilibrage annuel terminé la semaine dernière.

Le North-American Marijuana Index compte 41 sociétés, dont 24 pour sa portion canadienne. L’indice canadien affiche une capitalisation boursière de 27 milliards de dollars CA, alors que l’indice américain s’établit à 7 milliards de dollars US.

Les courtiers en fument du bon

Alors qu’elle interdisait à ses conseillers de recommander plus de trois titres de cannabis, voilà que la TD est maintenant beaucoup plus flexible. Signal que la banque est de plus en plus à l’aise avec le pot, elle vient d’ajouter 16 titres à la liste que ses conseillers peuvent recommander aux investisseurs.

Selon le Globe & Mail, qui cite une note envoyée aux conseillers en placement de la TD le 27 juin dernier, « pour qu’un titre puisse être recommandé par la TD, il doit être inscrit au TSX ou au TSX Ventures et la société ne doit pas faire des affaires dans les États américains où le pot n’est toujours pas légal.

Cinq des titres nouvellement recommandés par la TD sont inscrits au TSX, et 11 autres le sont au TSX Ventures, spécialisés dans les petites capitalisations.

L’automne dernier, le TSX demandait à ses assujettis de se désinvestir de ses opérations dans les États américains problématiques, ne voulant plus que les sociétés inscrites à son parquet opèrent ‘’illégalement’’ aux États-Unis.

Les quelque 700 conseillers de TD Gestion de fortune pourront donc offrir presque tous les titres de sociétés de cannabis inscrites au TSX.

Mots clés:

Articles récents

Description de l'auteur

Pas de réponse à “Tout va bien au royaume du pot”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*