Transparence : il faut faire mieux pour les petits investisseurs

Alors que les régulateurs canadiens s’apprêtent à hausser la transparence du marché des obligations gouvernementales, les courtiers militent pour que le public ne soit pas laissé de côté…

L’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières plaide ainsi pour que plus d’information soit plus facilement accessible pour le public. À l’heure actuelle, les transactions sur le marché de la dette gouvernementale se font hors cote.

Le public investisseur, qui investit chaque jour davantage dans les obligations par l’entremise des FNB et des fonds communs, n’a donc pas accès aux mêmes informations que les grands investisseurs institutionnel, déplore l’ACCVM dans un récent rapport sur la question.

Les fonds communs obligataires et de revenus fixes comptent pour quelque 180 milliards $CAD au pays, avec des ventes annuelles de 10 milliards $CAD. Dans les FNB, on retrouve quelque 40 G $CAD de produits obligataires.

Dans cet important marché, qui compte pour près de 20 % du marché total des fonds communs de placement, les grands joueurs se paient les coûteux services tels Bloomberg et autres Thomson Reuters, hors de portée des petits joueurs.

Cela créé un énorme désavantage informationnel pour les petits, observe l’ACCVM, qui exhorte les régulateurs à faire mieux pour que le public puisse être outillé pour jouer dans la cour des grands.

 

Mots clés:

Description de l'auteur

Pas de réponse à “Transparence : il faut faire mieux pour les petits investisseurs”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*