PL 141 : Carlos Leitao se fait tacler par un défenseur des consommateurs

 

Lundi, le ministre des Finances accusait les associations de défense des consommateurs d’avoir un agenda caché suite à leur levée de boucliers contre le PL 141. Le retour de manivelle ne s’est pas fait attendre !

« En toute déférence pour le ministre, nous sommes d’avis que depuis 20, 30 ou 40 ans que nous rencontrons des consommateurs tous les jours, nous connaissons peut-être mieux le domaine de la protection des consommateurs que ses fonctionnaires. »

C’est la déclaration coup de poing faite par Jacques St-Amant, analyste pour la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ), lors d’une entrevue accordée à Michel C. Auger sur les ondes d’Ici Première hier matin (à partir de 11h44).

Mauvaise compréhension ou agenda caché

Il faut dire que Carlos Leitao n’y est pas allé de main morte à la suite de la conférence de presse organisée lundi 7 mai à Québec par trois associations de défense des droits des consommateurs en vue de demander le retrait du projet de loi 141 :

« Les commentaires entendus, alléguant un affaiblissement de la protection du consommateur, relèvent malheureusement d’une mauvaise compréhension du projet de loi, voire, et c’est regrettable, de la défense d’intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général et de la protection des consommateurs », a fait savoir le ministre à certains médias dont Le Soleil, par l’intermédiaire de son attachée de presse, Audrey Cloutier.

Des associations de défense des droits des consommateurs qui travaillent contre l’intérêt général et contre la protection des consommateurs ? On imagine sans peine que la pilule est dure à avaler pour ces groupes.

À l’instar de Jacques St-Amant, les différents experts et juristes de l’Union des consommateurs, d’Option consommateurs, de la CACQ et des autres groupes qui se mobilisent contre le projet de loi 141 n’ont sans doute pas apprécié de se faire taxer d’incompétence ou pire, de nourrir des desseins secrets.

Une volonté claire de l’industrie

Jacques St-Amant a par ailleurs souligné, au cours de cette même entrevue : « Il est clair que quand on regarde qui a appuyé le projet de loi depuis le début, ce sont essentiellement les grandes institutions… Qui a des réserves ? Ce sont les organismes de toutes sortes qui sont préoccupés par la défense de l’intérêt public. Alors, il y a clairement une volonté de l’industrie d’obtenir une loi qui leur permettrait de faire ce qu’ils veulent, comme ils veulent, ou à peu près ».

Pour écouter l’entrevue : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/midi-info (à 11h44)

Mots clés:

Description de l'auteur

Pas de réponse à “PL 141 : Carlos Leitao se fait tacler par un défenseur des consommateurs”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*