Les investisseurs de mari refoulés à la frontière ?

Les douaniers américains veulent interdire l’entrée aux États-Unis aux investisseurs dans le cannabis…

Les indices de marijuana ont perdu de 12 à 20 % de leur valeur le 14 septembre dernier. C’était le jour où les services frontaliers américains ont annoncé qu’ils ont le pouvoir de bannir à vie tout Canadien qui investit dans l’industrie du cannabis.

Ainsi, le magazine Fortune révélait que pour les douaniers américains, une quelconque implication dans l’industrie—comme investisseur, par exemple—était susceptible de mener à l’interdiction à vie de séjourner au sud du 45e parallèle.

Et ce, alors que l’industrie connaît un boom sans précédent.

  • Banni à vie

Des juristes spécialisés en immigration expliquent depuis dans la presse financière américaine que plusieurs personnes ne semblent pas savoir qu’elles encourent des problèmes même si le pot récréatif est légal dans plusieurs États américains.

La légalisation canadienne entre en vigueur le 17 octobre prochain. Et même si le pot tant récréatif que médical est légal dans certains États, la loi fédérale, elle, est toujours en mode « guerre à la drogue ».

Une guerre que l’administration Trump semble vouloir escalader. Juste parce que, Donald Trump étant ce qu’il est.

  • Problèmes aux frontières

La loi américaine interdit de mentir aux douaniers quant à son usage de la mari. Et ces derniers disent avoir l’intention de profiler quiconque s’intéresse de près ou de loin au pot. Les investisseurs qui détiennent du cannabis dans leur portefeuille, les patrons des producteurs de pot et même les gestionnaires de placement qui offrent des titres de mari dans leurs produits sont donc à risque d’être persona non grata aux États-Unis.

Car si vous investissez dans le pot, on vous demandera certainement si vous en avez déjà fumé. Et la réponse est oui pour une grande majorité de Canadiens.

C’est un pensez-y-bien pour les Canadiens, analyse le magazine d’investissement Fool.ca.

« Avec la légalisation prochaine, plusieurs au pays pourraient se voir bannis à vie parce qu’ils détiennent de la mari dans leur portefeuille.

Et le danger, c’est que les rendements du secteur, astronomiques, attirent plusieurs investisseurs. Au point où les titres du cannabis se retrouvent dans plusieurs portefeuilles et autres fonds d’investissement. Les produits de croissance par exemple commencent à allouer des actifs au pot. Et si le pot ne fait pas partie des dix plus importantes positions du portefeuille, il est difficile pour le commun des investisseurs de savoir qu’il investit dans le pot en question.

  • Un secteur déjà risqué

Ajoutons à cela que la mari, comme secteur d’investissement, est particulièrement volatile. Le risque de voir son portefeuille comme neige au soleil est donc important. On prévoit d’ailleurs une sévère correction lorsque la consolidation s’amorcera. Il y a présentement beaucoup trop de joueurs dans cette industrie eu égard à la capitalisation boursière du secteur.

L’un dans l’autre, les risques de l’investissement dans le cannabis viennent d’augmenter sérieusement.

Tout comme la valeur du secteur, d’ailleurs, qui a repris cette semaine tout le terrain perdu le 14 septembre.

 

 

Mots clés:

Description de l'auteur

Pas de réponse à “Les investisseurs de mari refoulés à la frontière ?”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*