Francis Mailhot retombe dans les mailles de l’AMF

Toujours tiré à quatre épingles, toujours prêt à suggérer un placement extraordinaire et toujours l’objet d’une poursuite de l’Autorité des Marchés Financiers.

Notre police de la Bourse intente une autre poursuite contre Francis Mailhot, qui depuis 18 ans s’active à la marge du marché financier montréalais.

L’acte d’accusation résume bien la carrière de ce champion de la finance : il fait face à quatre chefs d’accusation d’exercice illégal de l’activité de courtier en valeurs, trois chefs d’accusation de placement sans prospectus à l’extérieur du Québec, un chef d’accusation de placement sans prospectus et un chef d’accusation pour avoir fourni des informations fausses ou trompeuses à propos d’une opération sur des titres.

Mailhot faisait cette fois la promotion par l’intermédiaire de sa société Capital Minier 1, d’une société forestière congolaise, Plover Trading Management  SARL, d’un projet d’exportation de gradins de spectacle pour Mpete Trading en plus d’avoir acheté et transigé des actions d’une société minière.

Dans le cadre d’un autre procès tenu en 2017  Francis Mailhot a plaidé coupable à trois chefs d’accusation de manipulation de marché et un chef d’accusation de concertation en vue de commettre une infraction, et a été condamné à payer une amende de 5 000 000 $.

Mailhot est un consort de Jean-François Amyot, un artiste du pump and dump, et un membre actif d’un petit groupe de promoteurs boursiers montréalais qui écument les marchés hors cote depuis des années et dont certains, a appris Profession Conseiller, mijotent une combine dans le domaine du cannabis.

 

Mots clés:

Description de l'auteur

Pas de réponse à “Francis Mailhot retombe dans les mailles de l’AMF”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*