5 choses que les conseillers devraient faire pour éviter le burn-out

Un matin, ça frappe : le malaise, la fatigue, l’irritabilité, le manque d’intérêt. Comment ne pas en arriver là ?

Un burn-out arrive rarement au bon moment; souvent au milieu d’un projet chaud en fait. Il n’est alors plus l’heure de souffler. Voici, selon Fast Company, cinq actions que vous pourriez mettre en place avant d’atteindre le point de non retour.

 

  • 1) Trouvez votre niveau de stress «confortable»

Le stress est une bonne chose, il nous motive et nous aide à éviter le danger. Cela dit, trop de stress est dangereux et contre-productif.

Le mieux est donc de trouver son niveau de stress «confortable», soit le point où l’on sent qu’on a les ressources pour gérer le stress que l’on ressent d’une bonne façon.

Quand vous atteignez ce niveau, vous êtes capable de tirer des bénéfices du stress sans y faire naufrage. Essayez d’analyser les trois catégories suivantes :

  • Les demandes au travail : ces tâches et responsabilités qui nécessitent un effort et une énergie constante au travail
  • Les ressources au travail : ces ressources dont vous disposez pour achever votre travail
  • La récupération : ce que vous devez faire chaque jour pour recharger vos batteries et récupérer des demandes que l’on vous a faites.

Analyser ces éléments vous permettra de mieux comprendre les meilleures façons d’adresser différents niveaux de stress, ainsi que de déterminer quels aspects de votre travail contribuent à votre épuisement.

 

  • 2) Dressez des solides limites

Sur la route du burn-out, on trouve le plus souvent des gens qui ne prennent pas assez soin d’eux. Établir des limites entre soi et le travail est donc plus que sain mais absolument nécessaire. Première étape : cessez de dire «oui» à tout ce qui se présente à vous. Car une chose est certaine : tant que vous pourrez en prendre, votre boss continuera à vous donner du boulot!

Refusez poliment. Dites par exemple qu’accepter ce dossier de plus pourrait compromettre la qualité de votre travail sur les autres projets sur lesquels vous bossez. Et que vous seriez ravi «de vous en occuper dans le futur.»

Rappelez-vous qu’il est toujours plus facile de faire appel à d’autres ressources que de réduire une charge de travail dont on doit s’occuper. D’ailleurs, si vous avez une équipe solide autour de vous, vous devriez être capable de déléguer certaines tâches ou de vous faire épauler correctement.

 

  • 3) Pensez à déconnecter un peu chaque jour

À notre époque, tout le monde est tout le temps connecté et joignable. C’est loin d’être une bonne chose. Trouvez du temps pour souffler, par exemple en faisant de la méditation ou de l’exercice. Ne mélangez pas tout.

Par exemple, si vous regardez tranquillement la télévision chez vous, n’allez pas vérifier vos courriels en même temps.

 

  • 4) Contrôlez mieux votre temps

Il y aura des moments où vous aurez davantage d’énergie. Servez-vous de ce temps-là pour accomplir les tâches les plus éprouvantes et gérer les plus gros dossiers. Quand votre énergie sera moindre, vous pourrez en profiter pour trier vos courriels par exemple.

Essayez de vous reconnecter avec la part de travail qui fait sens pour vous. Passez plus de temps sur les projets qui vous tiennent à coeur. Tentez de vous rapprocher de vos collègues pour que plus de joie inonde votre quotidien. Enfin, faites attention à la façon dont vous vous parlez à vous-même. Au bord du burn-out, votre petit dialogue intérieur pourrait être un peu trop négatif.

 

  • 5) Ayez des projets qu’il vous tarde d’accomplir

Trouvez des tâches et des domaines dans lesquels vous ferez une vraie différence et qui vous aideront à vous rapprocher de vos objectifs, et vous insuffleront plus de motivation. Accrochez-vous à un grand objectif, une émotion positive, et… changez vos mots de passe !

En effet, si ce concept apparaît dans vos mots de passe (que vous utilisez chaque jour) vous aurez tendance à davantage vous en rappeler !

 

Mots clés:

Articles récents

Description de l'auteur

Pas de réponse à “5 choses que les conseillers devraient faire pour éviter le burn-out”

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


*